Warhammer, les News

2 tables, 11 parties, 32 joueurs, 1 Véléda

Alors avant toutes choses nous tenons à remercier les orgas et toute l’équipe d’opale, que ce soit les rabatteurs, les Meujeus, les fabricants de sandwichs, ceux qui parcouraient l’expo pour nous ramener du joueur et j’en oublie. Bref à tous ceux là un très très grand merci on s’est senti comme à la maison (bien que le parc des expositions soit un poil plus grand que mon salon). Je suis persuadé que si je commence à citer les pseudos je vais en oublier la moitié donc UN GROS MERCI GENERAL à tout le monde.

La japan expo était notre deuxième expérience en convention, et ce fut un grand moment. Sur les deux jours nous avons réussi à faire jouer 32 personnes au court de 11 parties de foufous. Certaines ont été pliées en 20 minutes alors que d’autres se sont légèrement étendues sur la longueur (2h30….. oh les vilains campeurs !!!).

Tant qu’on en est au niveau des chiffres nous avons vendu un livre « BFB » à un joueur qui était venu un peu par hasard, premier exemplaire vendu en convention ça se fête dignement !. Et plusieurs autres personnes avaient l’air intéressées par le jeu. Donc pour faire court, que du positif.

Donc l’année prochaine on revient (enfin si on nous invite, s’il vous plait les gentils orgas invitez nous ^^) ; et on se tient prêt pour les prochaines conventions. Enfin celles de la rentrée, là on va se reposer un peu en vacances, parce que les vacances c’est le bien !!!

 

Passons maintenant au compte rendu un peu plus détaillé.

Tous commence jeudi matin au parc des expositions de villepinte, le ciel est radieux et le chant des cigales se fait entendre (à moins que ce ne soit que le doux ronronnement du RER B, ah la la que de questions sans réponse……). Toujours est-il qu’après m’être trompé d’entrée, envoyé 1 sms et en avoir reçu un autre je retrouve SLN à l’entrée numéro 3. En échange d’un Velléda j’ai droit à mon entré, comme quoi il faut toujours un Velléda (et sourire à SLN).

Allez hop un peu de marche à pied et c’est partie direction le stand (un stand qu’il est bien). Je vole une table en mode furtif et met en chantier la prépa des fiches persos. Le temps de finir je me retrouve chargé par un cosplay de « Gantz » j’ai peur mais je ne le montre pas, il s’agit d’un joueur et il veut jouer…….. on devrait s’entendre.

 

1ere partie

Autour de la table : - Johann, Emrick, Emilie,  Nicolas

La partie est brutale, à peine commencé les joueurs se précipitent les uns sur les autres la machette à la main (sauf emrick qui décide de hurler). Glissade, esquive, mouliné de machette. Émilie reste à terre et ne se relèvera plus sa tête ayant décidé de se séparer de son corps. Un tour un mort…. La partie commence bien. Le combat se poursuit à trois, Nicolas perd sa main, Johann s’empresse d’empoigner son moignon pour serrer fort, les points de vie dégringole et ça tourne à la boucherie (oh joie ^^). Le combat est de plus en plus farouche et c’est finalement Johann qui s’élève fièrement tenant la tête d’emrick dans une main et les tripes de Nicolas dans l’autre.

Moralité : on reconnait les amis du fait que ce soit toujours eux qui veulent vous tuer dès le départ.

Le temps de gommer les feuilles de PJ un nouveau groupe arrive, les rabatteurs ont bouffé du lion et j’aime ça.

 

2eme partie

Autour de la table : - Tristan, Thomas, Gwenleb, Waarows

Début de partie complètement différente, tous les joueurs entament un repli stratégique vers l’extérieure de l’arène….qui a parlé de fuite ? Gwenleb sera la première victime du piédestal à bouton rouge, paralysé pendant trois tours il ne pourra pas empêcher Warrows de lui enfoncer sa machette dans la tête (et de disposer son cadavre sur le piédestal…… c’est moi ou les joueurs du matin sont bourrin ?) pendant ce temps Tristan et thomas pillent l’arène et se retrouvent armés jusqu’aux dents. Tristan part à la poursuite Waarows et apprend à ses dépens que les tirs de plasma traversent les murs…. Dommage. Thomas et waarows commencent alors une session camping. Au bout de 30 minutes de camping les deux hommes se retrouvent face à face et ça fuse dans tous les sens. Quand la fumée retombe c’est Waarows qui se tient fièrement debout regardant sa victime d’un air narquois.

                Moralité : le stuff ne fait pas tout ….. et c’est bien dommage

 

3eme partie

Autour de la table : - Adrien, Arnaud,  David, Amélia

Alors là ça commence fort et dans le bon sens, Arnaud et Adrien sont des joueurs expérimentés avec un humour qui décape ; au bout de 5 minutes le scénario est rebaptisé « opération tonton macoute ». Comme dans la partie précédente le repli stratégique est la première option. Adrien tombe assez rapidement sur un positron (une touche égale mort directe, mais une seule cartouche, gnarf gnarf gnarf) et Arnaud se retrouve lui avec deux pistolet automatique ; Amélia commence elle aussi à s’équiper pendant que David est à la lutte (il ne trouve que des armes blanches et un arc….. damned !!). Les joueurs sont assez proches mais se tournent autour. Arnaud prend l’initiative il se poste fièrement au milieu de l’arène et attend. Une porte s’ouvre et Adrien débarque dans un petit couloir aussitôt mis en joug il ne pourra pas échapper à la pluie de balles qui lui arrive dessus, 716 points de dégâts plus tard Adrien (enfin la charpie qu’est devenue Adrien retombe au sol). Arnaud se précipite vers son cadavre pour récupérer son positron et se fait cueillir par Amélia qui le vaporise tranquillement à l’aide de ladite arme récupérée un peu plus tôt.

Après avoir courageusement fui devant sa douce Adrien décide de faire face, il a un lance flamme et tire en direction de sa chère et tendre enfin ça c’est l’intention car le 1 sur le jet de visé voit ses envies de barbecue s’éteindre en même temps que la veilleuse du lance flamme. La traque recommence et finalement c’est au centre de l’arène que s’achève cette histoire d’amour. Lui la flèche encochée, l’arc bandé, il se retrouve face à son amour qui lui lance un déchirant « le positron c’est parce que je t’aime » et se fait promptement désintégrer.

  Moralité : C’est beau l’amour.

 

Cette partie se termine vers 17 heures, je suis crevé, j’ai plus de voix et je n’arrête pas de confondre la gauche et la droite. J’échange un peu avec Adrien et Arnaud, on parle jdr et création de perso. J’espère que je les reverrai un jour.

J’épargne au lecteur les affres du retour à ma maison qu’elle est bien. Sachez juste que le plus dur n’a pas été le RER B mais juste se frayer un chemin dans les couloirs de la japan…….

 

Le deuxième jour !!!! Mr Yuwakan est à mon côté. La mission d’éclaireur de la veille nous permet d’éviter le trompage de porte et la loose dans le RER. J’envoie un message à SLN pour récupérer les invites. Au bout de dix minutes, pendant lesquels nous faisons des diabètes visuels devant certains cosplays un peu trop acidulés et voyons trotter des troupeaux de pikachus sauvages, les invites arrivent dans les mains d’un autre opalien moins jolie que SLN, bon on fera avec le plus important est que l’on peut entrer.

Et c’est ce qu’on fait ! Non mais oh ! On n’est pas venu promener la chienne à Jacques (j’adore cette expression).

On arrive, on dit coucou, on ninja deux tables en mode furtif, en faisant un joli sourire j’ai droit à un Velléda ^^, et on attaque.

Les joueurs se font rares et ça démarre moins fort que la veille on a le temps de souffler et ce n’est pas plus mal, mais au bout d’un moment on voit apparaitre des silhouette au loin…….damned des joueurs qui veulent jouer ! Comment va-t-on faire ? Ah oui on est des MeuJeus, finalement on devrait s’en sortir.

 

4eme partie

Autour de la table : -      Wolf, stamp, Coco

Après un repli stratégique de courte durée, stamp a poursuivi coco au lance-flamme. Il a voulu lui cramer les jambes mais il s'est foiré et coco s'en est tiré. Puis wolf a eu du mal avec la gatling mais il s'est finalement fait atomiser par coco au fusil de chasse. Le même coco qui venait de shooter stamp qui avait trouvé un positron mais qui n'a pas pu s'en servir.

 Au final coco, qui était parti cul nu après avoir lancé inutilement sa machette, été à moitié brulé vif au lance flamme, (et avoir écopé d'un malus à l'agilité qui le faisait avancer d'une demi action par tour) a fini par gagner la partie. Ce fut donc assez épique.

 Moralité : quand on vise quelqu’un toujours penser à l’achever.

 

5 eme partie

Autour de la table : - Lodjay , Éloïse dit « citron vert »

Elle est menue et fragile, il est barbu et légèrement berserk à tendance auto destructrice. Il l’a vu, elle l’a vue. Et dans un élan de haine et de colère ils se sont sautés dessus et ont commencé à s’écharper version bonhomme. Il faut dire que si Lodjay chercher la fortune et la gloire Citron vert elle ne voulait que des « poneys toût doûx ». Bref ce fut une boucherie, mais pas une boucherie rapide, non non non une boucherie bien lente ou se sont enchainé les 1 et les 2. Une looongue boucherie qui finalement s’est soldé par la défaite des « poneys toût doûx ». Mais l’histoire n’allait pas en rester là.

 

6 et7 eme partie

Autour de la table : - Ablendis, Vaatir

Cette partie s’est déroulée en deux rounds. Pour le premiers round, Ablendis a fui le centre de l'arène et Vaatir l'a poursuivi machette au poing. Ablendis avait un tour d'avance. Il est tombé sur un buzzer mais son action a foiré, il s'est pris un choc électrique et s'est écroulé comme un caca, paralysé et baveux. Vaatir le suivait de près. Il est entré, a vu l'autre, s'est penché tranquillement et... lui a méthodiquement ouvert le crâne en deux à la machette.

Pour le second round ce fut l'inverse. D'abord, ils se sont charcutés au centre de l'arène à la machette. Mais ils ont finalement rompu l'engagement. Vaatir s'est enfui et ablendis l'a poursuivi. Puis Vaatir a réussi à semer Ablendis et à trouver une arme. Ablendis a suivi sa propre voie. Ils se sont équipés, ont commencé à errer. À la fin, Après moultes péripéties, Vaatir s'est retrouvé avec un fusil laser et Ablendis avait la hache runique à 2D100 points de dégâts. Il a tenté d'atteindre Vaatir mais il s'est fait achever d'un Head shot bien placé sur un dé de visée.

Moralité : quand on se cache derrière une hache faut pas être épais

 

8 eme partie

Autour de la table : - Lodjay  qui remet son titre en jeu, Éloïse dit « citron vert » qui veut ses poneys, Saphir, Myo

Alors là y’a eu de l’épique. Alors que Lodjay et Eloïse décidaient de se remettre une avoiné un être d’un autre monde se rapproche de la table ! Encore ce maudit rabatteur de l’apocalypse ! Mais non attendez il vient avec deux nouveaux joueurs tout va bien finalement cet homme à bon fond, j’accepte ces nouveaux joueurs. Et c’est partie pour un festival.

Pour la première fois depuis le début de la convention tous les joueurs restent statiques attendant une action des adversaires. Et ça dure 2 tours à se regarder en chien de faïence. Et puis tout s’accélère, tout le monde recule vers la porte la plus proche sauf Lodjay qui a décidé de suivre Saphir celle-ci rentre dans une pièce et décide d’utiliser sa technique ancestrale de la grue pour déstabiliser son adversaire. Dois-je préciser qu’elle se met en position de la grue sur le piédestal qui est au milieu de la pièce en piétinant un arc…….. lodjay arrive il ouvre la porte lance sa machette vers saphir qui l’arrête avec son corps et se retrouve catapultée, elle ressaisit la machette dont il souhaité lui faire don et hop 10 sur un d10 lodjay s’écroule la machette plantée dans la tête……..comme quoi cette technique de la grue était pas si mal.

Pendant ce temps Eloïse et Myo s’équipe, mais c’est l’heure d’aller au lancement de la 3 eme saison d’héro corp et ne pouvant lutter contre l’appel d’un Astier Éloïse se suicide et court le rejoindre. Myo se retrouve donc seul à la recherche de sa tendre moitié. Ils se retrouvent enfin dans une étreinte fatale dont seul Myo ressort vivant…snif c’était beau……. Surtout quand il nous a dit qu’il aimerait bien acheter le jeu ^^.

 

9eme partie

Autour de la table : - Ike , Gravor , Zalag ,Wolf

Une partie mêlant la danse classique et la sauvagerie barbare. Ce fut un festival, un festival du fumble.

Ike charge wolf, étant amis dans la vie cela ne semble pas étonnant, gravor se dit alors qu’il va saisir cette occasion pour poignarder Ike dans le dos. C’est une bonne idée mais quand on fait 1 sur un D10 ça n’aide pas…. Et donc Zalag qui passait par là en profite elle pour faire un 9. Adieu Gravor on t’aimait bien.

S’ensuit un combat improbable entre des aveugles et des manchots les 1 et les 2 pleuvent à verse, Ike se retrouve pris en sandwich entre Zalag et wolf et il leur faut plus de 5 tours pour en finir le pauvre Ike s’étant fait débiter petit morceau par petit morceau….

Le pauvre Ike s’effondrant il laisse place à Zalag toute fraiche devant wolf qui avait bien morflé. Le résultat ne se fait cette fois ci pas attendre, Zalag trouve la faille et touche la clavicule de son adversaire. Étant de nature têtu elle ne se laisse pas arrêter par l’os et continue à appuyer jusqu’à ce que le pauvre Wolf se retrouve proprement coupé en deux.

Moralité : dans un sandwich c’est toujours le jambon qui prend cher.

 

10 eme partie

Autour de la table : - maxime  , Stéphane, Mouse , Aroumal

Cette partie commence à deux. Maxime et stéphane sont potes dans la vie, ils se font face mais préfère fuir pour chercher des armes. L’un trouve un lance-plasma tandis que l’autre trouve une gatling. Après s’être un peu cherché ils se retrouvent, Stéphane au milieu de l’arène et maxime dans un couloir plus loin. Stéphane tire mais un 1 fatal fait s’enrayer son arme, Maxime n’a pas ce problème et fait un carton sur son ami qui se retrouve avec 20 points de vie.

Pendant ce déluge de feu, un nouveau joueur apparait; c’est Mouse. Voyant Stéphane baignant dans son sang il tente sa chance et plonge sa machette directement dans le sol à 1 mètre de la tête de Stéphane, vive les fumbles ! Stéphane cale son lance-plasma sur le torse de Mouse et le vaporise….

Mouse revient dans la partie sous la forme d’une nouvelle incarnation pendant que Maxime tente de fuir dans le sens opposé. Un Autre joueur entre en lice il s’agit d’Aroumal ; au même moment Stéphane ramasse le corps de feu Mouse pour s’en servir de bouclier. Chacun tente de fuir le centre de l’arène et se met à la recherche d’arme.

Finalement Mouse se suicide pour ne pas rater le bus, à l’épée runique s’il vous plait. Maxime joue de malchance en se retrouvant paralysé alors que Stéphane est tout près. Cette fois pas de fumble salvateur, le lance-plasma le vaporise pour de bon.

La partie s’accélère et aroumal croise Stéphane au détour d’un couloir. Ils se tirent dessus en même à l’aide de positron. Les deux tirs s’annulent et crée une sphère d’anti matière. Le deuxième tir de stéphane vaporisera le pauvre Aroumal.

 Moralité : le positron c’est le bien.

 

 11 eme partie

Autour de la table : - Waadj , Zog Zog, Dometon, matthieu

Dans la quatrième partie, ils sont chacun parti par une porte opposée, celle située exactement derrière eux. A un moment, Waadi et Zogzog se sont retrouvé nez à nez a un croisement de couloirs. Zogzog a chargé waadi à la machette. Waadi avait récupéré la gatling et bien que zog zog fut plus rapide et ait tenté sans succès de lui ouvrir le crâne, il s'est fait transformer en charpie par la gateling à bout portant.

Il y a aussi eu une poursuite entre dometon et matthieu. Mais matthieu, suivi de près, a pu distancer dometon et finalement, lorsqu'une voix leur a annoncé qu'il ne restait plus que dix minutes, les trois ont fini de s'équiper rapidement et ont décidé d'eux même de revenir au centre. Seul waadi, trop loin, s'est fait téléporter. matthieu avait un fusil. Dometon avait une hache runique je crois. Il y a eu un chassé-croisé entre les pylônes d'élévation de l'arène  et Dometon a chargé Waadi à la hache. Il s'est fait proprement exploser. Comme il s'était découvert il était dans le champ de tir de Matthieu. Mais celui-ci l'a manqué. Waadi a retourné son arme et a fini le travail proprement.

Moralité : j’ai peut-être un peu sur boosté la gatling…

 

Ainsi se termine la deuxième journée. On range les dés en parlant avec les gens, nous sommes crevés mais heureux. On rend le Velléda à SLN parce qu’on ne veut pas la fâcher, et on mange la tartine de Nutella qu’elle est bonne. Sur le chemin du retour nous refaisons la journée, satisfait au-delà du raisonnable et prêt pour les prochaines étapes.

Sur ce je vous laisse jeunes gens, je vous remercie encore une fois pour ce merveilleux moment et j’espère vous retrouver un jour dans la vraie vie de la vérité véritable ou sur la toile.